6 févr. 2019

Nòstres aujòls, los catars...

« Nos ancêtres, les Cathares … ». Le président des Companhs/Compagnons de Paratge signe un texte repris dans la rubrique opinion du Jornalet (06/02/19 ; https://opinion.jornalet.com/alan-roch/blog/2762/nostres-aujols-los-catars ) et en tant que chronique Papieròt menerbés (La Semaine du Minervois, n° du 07/02/19).
lo Faidit Roch (photo d'époque)
Un brave temps, amb Nos ancêtres les Gaulois, nos amaguèron nòstra istòria. Apuèi, avèm saput dels trobadors, de la Crosada, de las revòltas dels Crocants, de 1907… E vaquí ara que de monde (istorians - ? - e professors dins unas universitats d'aicí e d'endacòm mai) nos explican plan seriosament (e amb unes relais mediatics) qu'aquela istòria del catarisme seriá un conte de ma grand' la bòrnha montat de tota pèça per la Glèisa de Roma per justificar son desir de poissença ! « Una invencion d'un monge de l'Edat-Mejana », e pas mai, segon lo titol d'un article de la premsa locala (Midi-Libre, 19/01/19) !!!
Mas los escrits e los testimoniatges existisson, totes aqueles documents que foguèron pas cremats per l'Inquisicion o qu'escapèron a las situacions trebolas d'una epòca o de l'autra. Alara, d'aicí lo 17 de febrièr (òc, tres setmanas es un pauc cort !), vos cal montar a Ciutat (la de Carcassona, segur !) fins al castèl comtal per veire la mòstra « Catars, un patrimòni escrit », mòstra preparada per l'Anna Brenon e lo Joan-Loís Gasc.
En projeccion, sus las parets de pèira, ont un còp èra i visquèron nòstres Trencavèls, son projectadas las numerizacions de registres de l'Inquisicion e tanben dels libres escrits de las mans dels erètges e que se trapan a Dublin, Floréncia, Vièna, Lion o Dublin.
Se vei atal lo trabalh menimós que faguèron los Inquisitors sus las tèrras dels Trencavèls o dins lo comtat de Foish per seguir lo caminament dels Bons Òmes e de las Bonas Femnas per las rotas e dralhas del país d'Òc, la descripcion qu'obtenguèron dels rites liturgics. Un bon « trabalh » que ne menèt un fins a èsser designat Papa, lo Jaume Fornièr vengut Beneset XII.
Lo demai de las projeccions presenta la reproduccion de manescrits (amb la revirada de passatges significatius) amb aquela escritura medievala que nos sembla una calligrafia estetica e las colors e los dessenhs de sas letrinas : « quatre manescrits medievals mai que probable d'una man catara, recuèlhs de literatura religiosa en latin o en occitan dobrisson un camin dirècte cap a la religiositat dissidenta e permeton de li tornar balhar sa plaça dins l'ambient intelectual e esperitual del temps ». Manescrits doncas en latin o en lenga nòstra (nos an pas encara explicat, los negacionistas, que los trobadors existèron pas — çò que cresián probable los sénhers Lagarde & Michard per lors libres pedagogics de literatura « francesa »!). De mai, l'Anna Brenon avança l'ipotèsi argumentada que lo libre servat a Lion apartenguèt probable a Pèire Autièr, dit l'Ancian, qu'ensagèt de reviscolar la glèisa catara en Lengadòc a la debuta del sègle 14. Un film sòbre e fòrt de reconstitucion d'un consolament clava aquesta mòstra que vos cal anar veire a tota fòrça e a bèl èime.
E se sovenir un còp de mai que contra la pensada unenca, en tèrras d'Òc, dins aqueles temps, vivián amassa catolics, catars e josius. Se sovenir que Trencavèl e la dòna de la Vaur s'engatgèron a protegir totes los percaçats de la Crosada. Un esperit d'umanitat qu'es plan de manca a l'ora d'ara.
Faidit Roch
IEO-Aude
Ostal Sirventés
ostal.sirventes@wanadoo.fr ; ieo11@ieo-oc.org
04 68 25 19 78
occitan-aude.over-blog.com
Adreiça postala : IEO-Aude BP 51042 11860-Carcassona Cedex

31 janv. 2019

Visite commentée de l'exposition "Cathares, un patrimoine écrit"



•• Les Compagnons de Paratge, l'IEO-Aude et le Cercle Occitan del País de Carcassona vous invitent à prendre part à une visite de l'exposition « Cathares, un patrimoine écrit », animée et commentée par Jean-Louis Gasc (guide conférencier et concepteur de l'exposition en compagnie d'Anne Brenon), au château comtal de la Cité de Carcassonne.
Cette visite aura lieu le vendredi 8 février, à 14 h. Il faut s'inscrire (avant lundi 4/02, au soir)  : 04 68 25 19 78 ou ieo11@ieo-oc.org. Tarif : a priori, 10 € par personne (éventuellement moins, suivant le nombre de participants)

•• L'émission Als 4 Vents de RCF-Pays d'Aude consacrée à cette exposition est podcastable via https://rcf.fr/vie-quotidienne/cathares-un-patrimoine-ecrit-exposition-au-chateau-comtal

24 janv. 2019

Ecrits cathares et émission de radio




L’émission Als 4 vents, le magazine hebdomadaire du Cercle Occitan del País de Carcassona, de ce lundi 28 janvier (18h30-18h55) sur RCF-Pays d'Aude sera consacrée à l’exposition « Cathares, un patrimoine écrit » présentée au Château comtal de la Cité de Carcassonne jusqu’au dimanche 17 février.
Après la présentation du contenu de l’exposition , l’émission reprend les extraits d'un article d’Anne Brenon et de David Zbiral  http://docplayer.fr/61209942-Le-codex-cathare-occitan-de-lyon-un-livre-de-peire-autier-anne-brenon-et-david-zbiral-1.html et est entrecoupée d’extraits (musique, chant et lectures) du spectacle Le royaume oublié de Jordi Savall https://www.alia-vox.com/fr/catalogue/le-royaume-oublie-la-tragedie-cathare/ .
L’émission sera rediffusée samedi 2 février à 10 h et sera podcastable sur le site de la radio : https://rcf.fr/vie-quotidienne/als-4-vents
* Pour écouter RCF-Pays d’Aude : 103 : Carcassonne, Lézignan ; 89,3 : Castelnaudary ; 87,7 : Limoux ; 98,2 : Narbonne, St-Pierre-la-Mer ; https://rcf.fr/vie-quotidienne/als-4-vents

14 janv. 2019

Cathares, un patrimoine écrit

CATHARES, UN PATRIMOINE ÉCRIT
une exposition à ne pas manquer

Du 24 janvier au 17 février, vous pourrez découvrir au Château comtal de la Cité de Carcassonne l'exposition « Cathares, un patrimoine écrit » pour laquelle Anne Brenon a assuré la direction scientifique et Jean-Louis Gac la réalisation.

Une exposition bienvenue dans des temps où certains s'évertuent à remettre en cause la présence de cathares et d'hérétiques en pays d'Oc au Moyen-Âge !

De beaux manuscrits médiévaux

Anne Brenon écrit : « Ni château, ni chapelle. Les cathares n’ont rien bâti, mais ils ont écrit. De leurs livres de foi, qui furent nombreux, plusieurs ont réchappé aux destructions. De beaux manuscrits médiévaux qui constituent le véritable patrimoine écrit d’une  Eglise dissidente.

Les XIIe et XIIIe siècles voient se développer, spécialement en Italie et en Pays d’Oc, de véritables Eglises chrétiennes sans lien avec la papauté romaine. Elles ont des institutions propres, avec leur clergé, séculier et régulier, leurs liturgies du salut de l’âme - baptême spirituel ou consolament -  leur lecture savante des Ecritures, leur littérature religieuse et leurs idéaux apostoliques.

La Papauté condamne ces religieux non conformistes comme hérétiques, sous le nom de « cathares ».  Eux-mêmes ne se donnent d’autre nom que Bons Chrétiens, ou Bons Hommes et Bonnes Femmes.

Contrairement aux idées reçues, le phénomène cathare est amplement documenté. La polémique des clercs diabolise l’hérésie pour mieux la combattre. Les chroniques égrènent les événements de sa répression. Les archives de l’Inquisition éclairent les dissidents eux-mêmes : hommes et femmes, religieux et laïcs.

Cette exposition ne présente pas l’ensemble des sources documentant le catharisme. Après un bref survol d’archives inquisitoriales dessinant le contexte,  l’accent sera mis sur l’authentique Patrimoine écrit que les cathares ont légué.

Quatre manuscrits originaux, en latin et occitan, ont survécu. Ils ouvrent un accès direct à la religiosité dissidente et lui rendent sa place dans le climat intellectuel et spirituel de son temps. »

La volonté d'éclairer le public

Les manuscrits présentés, à travers des numérisations, proviennent de bibliothèques occitanes, françaises et européennes (Clermont-Ferrand, Toulouse, Lyon, Paris, Dublin, Florence, le Vatican, Vienne) pour présenter la vie quotidienne des fidèles cathares, mais aussi leurs écrits religieux originaux. Le film, d'ordinaire présenté au Musée du catharisme de Mazamet, sur les rituels cathares, dont le consolament, est le point d'orgue de cette présentation que vous ne manquerez pas d'aller voir.


• En savoir plus :

http://www.remparts-carcassonne.fr/Actualites/Cathares-un-patrimoine-ecrit. 
carcassonne.reservation@monuments-nationaux.fr

04 68 11 70 72

Tarif : droit d'entrée du château

30 déc. 2018

Bona annada 2019

Los Companhs de Paratge vos desiran una bona annada 2019

Les Compagnons de Paratge vous souhaitent à toutes et tous une bonne année 2019, en espérant que connaissance, discussion et culture ne seront pas marginalisées dans la marche de notre société.
Pour notre part, l'association :
- envisage la publication en brochure des Actes de la journée de Villespy de septembre dernier sur les écrivains face à la Croisade
- vous invite à découvrir l'exposition « Cathares, un patrimoine écrit » au Château comtal de la Cité de Carcassonne, du 24 janvier au 17 février.
- prépare la journée de rencontres 2019 dont le thème choisi est : « L'arbre ». N'hésitez pas de nous transmettre vos propositions pour l'accueil de la journée (fin septembre ou début octobre), ainsi que pour d'éventuelles communications : 0468251978 ou ostal.sirventes@wanadoo.fr
- vous invite à soutenir l'action des Companhs/Compagnons de Paratge par votre adhésion au tarif de 15 € (chômeur, étudiant : 8 € ; soutien : à votre initiative) à adresser à Compagnons de Paratge c/o IEO-Aude BP 151042 11860-Carcassonne Cedex

9 déc. 2018

Anne Brenon à l’Ostal Sirventés



Ce vendredi 14 décembre, Anne Brenon interviendra à l’Ostal Sirventés (79, la Trivalle - Carcassonne ; 18h30 ; entrée libre), dans le cadre du Temps de Nadal de l’IEO-Aude et du Cercle Occitan del País de Carcassona.e
Elle présentera son livre « Petite histoire des Cathares » (éd. Cairn : https://www.editions-cairn.fr/histoire/1025-petite-histoire-des-cathares-9782350685625.html .
 Un ouvrage faisant le point sérieusement et clairement sur une question qui passionne les Français mais qui a souvent été traitée de manière anecdotique et partielle.
La conférencière reviendra également sur la polémique avec ceux et celles qui dénient l'existence d'un catharisme occitan. 

3 nov. 2018

À propos de la notion de Paratge


Le département d’occitan de l’Université Paul Valéry vous convie à une rencontre ce
Mardi 6 novembre à 17h15, salle A105 – Université Paul-Valéry, dans le cadre du Séminaire Redòc / LLACS, sur le thème :
« Paratge »
de la notion médiévale (Hélène Débax) au mythe identitaire contemporain (Dominique Baudreu).

Hélène Debax est professeur en histoire médiévale de l’Université de Toulouse Jean Jaurès. Spécialiste de la féodalité méridionale, elle consacre une partie de ses recherches à la notion complexe de Paratge. Archéologue, directeur du Centre d’archéologie Médiévale du Languedoc, Dominique Baudreu est aussi occitaniste et s’intéresse aux usages que font l’occitanisme contemporain et les collectivités locales de cette même notion de Paratge. Cette conférence sera donc l’occasion de revenir sur la réalité du concept de Paratge tel qu’il est entendu à l’époque médiévale et de voir ce qu’il est devenu aujourd’hui, une fois passé à la moulinette des préoccupations contemporaines, que ce soit pour promouvoir un « art de vivre » putatif ou soutenir une revendication identitaire.

20 oct. 2018

Les cathares en question : mise au point sur une controverse actuelle

Conférence à la Cité de Carcassonne (Château comtal)

ce mercredi 24 octobre. 14 h.
par Anne Brenon et Pilar Jimenez, du CIRCAED (Collectif International de Recherche sur le CAtharisme Et les Dissidences)

Gratuit, mais réservation obligatoire au 04 68 11 70 72 http://www.carcassonne.org/manifestations/conference-les-cathares-ont-ils-existe

Déconstruction ou destruction ?
« Le ‘catharisme’ n’a jamais existé … Il s’agit d’une invention de la fin du XIXe siècle. Il est rare dans le domaine de la recherche historique de pouvoir dire sans réserve qu’un champ d’étude vieux de plus d’un siècle est dépourvu de tout fondement scientifique…. »
Cette explosive affirmation, dûe à l’historien australien M. G. Pegg, est extraite d’un dossier consacré aux cathares et publié par la revue L’Histoire en décembre 2016. Comme l’ensemble du dossier lui-même, elle est représentative de la volonté aujourd’hui affichée par certains historiens de mettre un terme aux « études cathares moribondes », considérant que l’histoire de l’hérésie médiévale n’est rien de plus qu’une « légende tenace ». Ce qui induit que les historiens qui, jusqu’ici, s’y sont laissés prendre, ont péché par naïveté ou incompétence.
Que faut il en penser ?
On analysera ici, à partir des différents éléments du dossier de L’Histoire, les arguments et méthodes employés par les auteurs adeptes d’une « déconstruction » historique radicale. Ce qui ne manque pas de réserver quelques surprises, si l’on tient compte du fait que le chantier historien progresse par l’étude critique des sources.

12 oct. 2018

Journées d'études: aux sources du catharisme

Dans L'Indépendant du vendredi 5 octobre, un titre à la Une : « L'exposition qui démonte « le mythe des Cathares» . Histoire - « Les cathares : une idée reçue », tel est l'intitulé de ce travail présenté à Montpellier » et une pleine page où Alessia Trivellone, maître de conférences en histoire à l'Université Paul-Valéry, insiste : « Je ne peux pas cautionner une histoire qui verrait des Cathares dans le Midi ». Elle remet ensuite en cause les documents de l'Inquisition, note que le terme «cathare» n'était pas utilisé (ce que tout le monde sait déjà), que bonhomme signifiait homme notable, qu'il n'y avait aucun objectif religieux à la Croisade et se retranche derrière ces « constats évidents » (pour elle).

À ce surprenant et contestable article, Anne Brenon et Pilar Jimenez tiennent à répondre :

« A propos des Cathares, on a pu constater récemment qu’on joue « habilement » de l’ambiguité du mot (cathare) et de la réalité. Que les « hérétiques » dits « cathares » ne (se) soient pas appelés cathares dans le Midi est aujourd’hui admis de tous les historiens. En réalité, si l’usage abusif du nom cathare remonte au XIXe siècle, le voilà aujourd'hui utilisé comme prétexte pour affirmer que les « hérétiques » en question ne se sont jamais organisés en communautés, en Eglise - opinion/position défendue par A. Trivallone dans son entretien du 5 octobre à l’Indépendant… Pourtant, les sources médiévales témoignent longuement et abondamment du contraire, tant les registres de l’Inquisition que les sources cathares, pardon, les sources provenant des « hérétiques » eux-mêmes. Peut-on balayer leur existence d’un revers de main ?
Contrairement à cette prise de position infondée, les sources documentant les « hérétiques » dits « cathares » sont nombreuses, riches et diversifiées. Le chantier historien ne peut se situer par rapport au faux problème de l’existence ou non de ces sources, mais porte, restons sérieux, sur leur étude critique. C’est ce à quoi s’emploient les médiévistes internationaux, spécialistes des textes médiévaux, qui viendront du 25 au 27 octobre prochain, à Carcassonne et Mazamet, faire un point actualisé de leur recherche sur les Sources cathares. Nous sommes heureux de vous convier à ces rencontres, librement ouvertes à tous, lieu d’un débat scientifique, constructif – et courtois. »

Vous trouverez ci-après la reproduction de la plaquette de présentation de ces trois journées consacrées « aux sources du catharisme » :

cliquer dans l'image pour l'agrandir

Lézignan rend hommage à Joseph Anglade

À Lézignan, le collège et une rue portent son nom et son buste se dresse fièrement dans le jardin public. Mais qui était Joseph Anglade (né à Lézignan en 1868 et décédé à Toulouse en 1930) ?
Il a été un philologue et romaniste renommé, s'intéressant à la langue d'Oc et aux troubadours. Il publia des ouvrages consacrés à Guiraut Riquièr, Pèire Ramon de Tolosa, las Leis d'Amor, la Canso, … Il rédigea une anthologie des troubadours et s'intéressa également à la grammaire de l'occitan médiéval en signant des ouvrages qui font encore référence, comme la Grammaire de l'Ancien Provençal ou ancienne Langue d'Oc. Phonétique & morphologie. Il fonda l'Institut d'Études Méridionales.
Bien évidemment, Anglade était félibre (nommé majoral en 1918). Sous plusieurs pseudonymes, sa plume signa des textes plus légers et souriants que ceux de ses travaux de « saberut ». Ces textes font l'objet d'une publication annoncée par l'association Mémoire lézignanaise à l'occasion de cet hommage.
Pour compléter son portrait, ajoutons qu'il apporta le premier ballon ovale dans la capitale des Corbières à la fin du 19ème siècle.
À l'occasion du cent-cinquantième anniversaire de sa naissance, la Médiathèque-MILCOM de Lézignan présente jusqu'au 26 octobre une série de documents, émanant des Archives départementales et du CIRDOC, qui lui sont consacrés et propose deux conférences :
- samedi 13, à 11 h : Aurelian Bertrand (CIRDOC) parlera sur le thème« Anglade et les troubadours »
- mercredi 17, à 18 h : Jean Thomas (Université Jean-Jaurès) présentera « Anglade, fondateur de l'Institut d'Études Méridionales »




Des écrivains et des poètes au pied de la Montagne Noire

À Raissac-sur-Lampy, au début du 20ème siècle, le félibre Prosper Estieu était instituteur. En 1924, un autre poète d'Oc, Casimir Clottes, fut enterré dans le cimetière de la commune.
Sur ce territoire du Cabardès, entre Montagne Noire et Canal de riquet, le poète Perre Reverdy passa une partie de son enfance ; l'académicien Jean Guéhenno venait régulièrement à Montolieu…
Plusieurs associations se sont regroupées autour du groupe AVEC-Patrimoine pour proposer deux journées dédiées à ces écrivains le samedi 20 et le dimanche 21 octobre à Raissac-sur-Lampy : expositions, conférences, lectures, projections, chants et musique sont au programme.